• Rayon Violet

Message du Maître Saint-Germain

 

Message du Nouvel An 2001

 

Entretien avec les Énergies du Maître Saint-Germain
Le 31 décembre 2000

Montréal (Québec)

 

D’entrée de jeu, nous vous dirons, fermez les yeux, s’il vous sied, et projetez-vous à l’intérieur de vous-même, dans un espace de paix, dans un espace infini, illimité, à l’intérieur de vous-même, sans effort, sans recherche, sans anticipation. Pour quelques instants, permettez-vous de vous libérer de la tension à vos obligations, aux nécessités de l’incarnation.

 

Demandez la présence d’un rayon doré autour de vous et abandonnez votre Être comme si plus rien n’avait d’importance que cet espace doré dans lequel l’Être exprime sa magnificence.

 

Inspirez profondément et expirez. Laissez cette couleur d’or vous bercer. Laissez cette atmosphère dorée prendre place à l’intérieur de vous et tout autour de vous, et voguez dans cette atmosphère.

 

Rappelez-vous que la couleur d’or inspire la paix dans l’Être. Laissez tout votre corps s’imprégner de cette vibration lumineuse, et que votre corps se détende, s’abandonne à cette paix. Émotivement, mentalement, abandonnez-vous dans cette vibration de couleur d’or.

 

Inspirez profondément et expirez. Et que cette respiration vous rappelle le mouvement de l’Univers que vous êtes. Souventes fois, nous vous avons transmis que vous étiez tout l’Univers, que l’Univers vibrait en vous et que vous vibriez dans l’Univers. Un grand mouvement similaire à celui de la respiration.

 

Inspirez profondément cette lumière dorée comme si vous inspiriez toute la Connaissance de l’Univers, toute la beauté de l’Univers, toute la joie de l’Univers, toute la force de l’Univers, tout le pouvoir de l’Univers. Et expirez profondément, comme si vous expiriez toute la connaissance de votre Être, toute l’essence de votre Être, la joie de votre Être. Inspirez et laissez l’Univers s’imprégner à l’intérieur de vous. Expirez et laissez votre Être s’imprimer dans l’Univers.

 

Inspirez, l’Univers s’imprime en vous. Expirez et exprimez-vous comme une empreinte dans l’Univers. Voilà le mouvement sans fin, illimité, infini, de la création.

 

Vous êtes l’Univers, que vous pouvez concevoir comme un océan. Imaginez un océan dont le mouvement est perpétuel. Un mouvement d’expression et un mouvement de contraction. Et dans ce mouvement, dans cette euphorie énergétique et vibratoire, l’océan se manifeste, déferle sur la rive, rencontre des pierres dans une confrontation vibratoire et de cette confrontation jaillit des gouttelettes d’eau qui, temporairement, expressions de l’Univers, sont dans une apparente identité, individualité.

 

L’océan dans son mouvement, dans son expression, a créé ces gouttelettes d’eau et chacune des gouttelettes est créée par l’océan. Et l’eau est de même nature que l’eau de l’océan. L’essence de la gouttelette est certes l’essence de l’océan. Et pendant quelques secondes, cette gouttelette, expression de l’océan, sera une individualité. Et nul d’entre vous ne saura douter que cette gouttelette retrouvera l’océan tout entier, que la séparation est bien sûr à la fois réelle et illusoire, puisque l’essence de la gouttelette n’a jamais changé. Et pourtant, l’individualité s’est créée.

 

L’Univers est un tout. Ce Tout, un mouvement effervescent, un mouvement ludique, euphorique, un mouvement continu, permanent, fait en sorte qu’il y a des expressions qui s’identifient temporairement. C’est donc l’union de chaque fibre de l’Univers qui fait en sorte que vous êtes créé. Vous pourrez entendre aussi : c’est cette force de l’union qui fait en sorte qu’il y a une apparente division, une apparente séparation. La gouttelette d’eau est créée par cette mer, cet océan agité, euphorique, joyeux qui joue dans son mouvement. La joie même de l’océan crée la gouttelette. Ce mouvement crée donc une division temporaire apparente, mais non réelle, illusoire, puisque chaque cellule de la goutte est de la même essence. Et bien sûr, cette goutte n’aura qu’un seul désir réel, un seul mouvement, le même que celui de l’océan : il l’amènera à s’unir à nouveau.

 

Et c’est ainsi que vous arrivez sur ce plan dans une apparente division ou séparation, et pourtant, imprégné cellulairement de ce mouvement le plus universel de réunification. Vous êtes créé par ce mouvement, apparemment séparé du Tout, et ce même mouvement vous ramène au Tout. Un mouvement continu. Il est intéressant pour l’Être de se rappeler, de visualiser, de comprendre ce mouvement pour sentir sa justesse, son infinité, sa plénitude. Et bien sûr, dans son individualité, l’Être va sentir une séparation et à la fois une forme de pression — nous disions un mouvement — mais crée une pulsion intérieure vers la réunification. Vous saisissez? La goutte d’eau contient en elle-même une pulsion qui va la ramener vers l’océan. Vous avez en vous-même une pulsion qui vous amène vers le Tout. Or, cette pulsion est entendue par l’Être comme un désir universel infini, le seul désir réel qui puisse être satisfait dans l’Être. Car, bien sûr, inévitablement, inexorablement, il sera satisfait. Et il est déjà satisfait.

 

Ce désir est si puissant que l’Être recherchera à lui donner une forme dès sa naissance. Chaque Être incarné recherchera ce qu’il a nommé le bonheur. Mais qu’est-ce que le bonheur, sinon cette sensation infinie d’être uni à tout ce qui est manifesté et non manifesté? Toutefois, dans son individualité, l’Être n’a pas nécessairement compris la nature de ce bonheur et il va rechercher malgré lui à s’unir à tout ce qui existe. Et certains Êtres exploreront différentes formes de recherche d’union.

 

Bien sûr, lorsque vous arrivez sur cette Terre, lorsque cette humanité est créée, est manifestée, les Êtres, pour s’unir à tout ce qui existe, tenteront de satisfaire d’apparents besoins de survie : faire survivre ce corps, protéger ce corps afin de mieux, par la suite, ressentir l’union à tout ce qui existe. Vous avez certes expérimenté dans cette incarnation, un jour ou l’autre, cette sensation de faim qui n’est pas comblée. Et lorsque la faim n’est pas comblée, le corps se détériore. Le corps est si sollicitant que l’Être a une difficulté temporaire à sentir l’union à son environnement. Et c’est pourquoi le premiermouvement de l’Être est de satisfaire les exigences de cette densité. Car lorsque vous êtes créé par l’Univers, votre rythme vibratoire est réduit. Lorsque la goutte d’eau est projetée par l’océan, son rythme, son mouvement, qui est de même nature, est toutefois plus lent que l’océan tout entier. Lorsque vous êtes incarné, vous êtes plus dense que l’énergie subtile de cet Univers. Il y a donc un besoin naturel d’assurer la survie de cette forme afin que cette forme puisse guider l’Être dans sa réunification. Voilà des éléments qui sont certes fort clairs pour chacun d’entre vous…

 


 

Rappelez-vous la source du désir. Car, bien sûr, les déséquilibres, les sensations d’isolement, de douleur de l’existence sont créés par les désirs. Or, nous voulons vous rappeler que vous n’êtes pas coupable de ces désirs, vous n’êtes pas responsable. Voilà qui vous plaira ce matin, n’est-il pas? [rires dans la salle] Vous pourrez donc maintenant aller plus en paix. [rires dans la salle] Vous n’êtes pas responsable. Et pour ajouter à cette paix, nul d’entre vous et sur cette Terre n’est responsable. L’Univers dans son mouvement a créé ce paradoxe. Vous n’en êtes pas responsable. Vous n’avez pas la responsabilité de cette sensation d’abandon, de séparation, de division — illusoire car temporaire! Quelques secondes, qui se transposent en quelques années, quelques vies peut-être… C’est le mouvement lui-même qui est responsable. Imaginez cette goutte d’eau de l’océan. Qui, dans l’océan, est responsable de cette goutte? Vous direz : « Mais, il n’y a pas de responsabilité, c’est le mouvement de l’océan! » Et c’est ce que nous vous disons! Et si cette goutte se sent victime, se sent isolée, vous direz : « Pauvre goutte, elle est inconsciente qu’elle est l’océan et qu’elle est toute-puissante! » Mais c’est ce que nous vous disons! [rires dans la salle] Et puisque cette goutte n’est goutte que quelques secondes, nul d’entre vous ne cherchera à se lancer à l’aide de cette goutte… Vous aurez quelque compassion, n’est-il pas, sachant que son ignorance n’est que temporaire… Il n’y a pas de responsable.

 

Le désir de cette goutte — que vous êtes — est certes de retrouver l’océan. Il y a donc un désir qui est ultime, universel et qui, dans la densité, c'est-à-dire dans l’incarnation, dans l’existence, sera interprété. Vous comprenez qu’il est simple pour vous d’observer cette goutte et, avec compassion, de comprendre que cela n’est pas très grave que la goutte s’inquiète pour quelques secondes. Vous comprendrez que cette inquiétude vient de sa diminution de rythme vibratoire. Parce que vous êtes incarné, vous êtes à un rythme un peu plus lent — pardonnez ces termes — que l’Univers tout entier dans sa subtilité.

 

Or, dans ce rythme réduit, il y a des interprétations du désir universel. Alors, ces interprétations font en sorte que de multiples désirs et besoins se créent. Alors, rappelez-vous que, ultimement, il n’y a qu’un désir dans l’Être, malgré ses interprétations. Lorsque vous observez les Êtres autour de vous, dans votre environnement, quels que soient leurs difficultés, leurs recherches, leurs combats, rappelez-vous que consciemment ou inconsciemment, les Êtres portent en eux un désir ultime, celui de s’unir. Et ce désir ultime pourra être interprété d’une multitude de façons qui feront en sorte que les Êtres pourront, en apparence, créer des divisions, et d’autres pourront créer des unions. Dans une logique pure, vous pourriez dire : « Mais les Êtres qui créent des séparations ne peuvent être condamnés, puisque l’Univers lui-même en apparence a créé une séparation. » N’est-il pas? Il est donc plausible que des Êtres explorent cette voie de réunification. C’est une interprétation du mouvement de l’Univers.

 

Qu’entendons-nous en termes pratiques? Il y a des Êtres sur cette Terre qui vont créer des divisions entre les Êtres, qui vont créer des guerres. Il divisent, mais ces Êtres, en eux, sont à la recherche d’une union, par le pouvoir, bien sûr. Une recherche de possession. Dans leur inconscience, ils cherchent toutefois à être unis, à être le plus puissant de tout ce qui est possédé. Bien sûr, il ne s’agit pas de louer ces Êtres, mais de comprendre comment, dans cette humanité, il y a des guerres, des violences qui sont physiques, verbales, sur le plan émotionnel, sur le plan mental. Comment se fait-il qu’un Univers parfait qui crée des Êtres parfaits en soit-il à manifester des guerres et des violences et des douleurs?

 

Voilà ici un questionnement qui est fort important pour chacun d’entre vous, puisque les bribes d’une réponse peuvent stimuler l’émergence de la paix, de la lumière en vous, du plus profond de votre Être. Il faille comprendre que tout est de même nature et que la diminution de rythme, qui est associée à des êtres humains incarnés, fait en sorte qu’il peut y avoir des interprétations qui mènent les Êtres à guerroyer pour s’approprier du territoire, pour s’approprier des objets, pour développer des ascendants sur les autres, pour posséder ce qui est, croyant, consciemment ou inconsciemment, qu’éventuellement, ils posséderont le tout. C’est une recherche du Tout. Alors que d’autres Êtres se dirigeront vers des voies d’Amour pur, d’abandon total à tout ce qui est, pour se confondre à tout ce qui est. Et entre ces deux voies extrémistes, il y a bien sûr une infinité d’interprétations et d’expressions.

 

Les Êtres, au début de l’humanité, cherchent à s’unir et, pour ce faire, des besoins qui sont très brut, de survie, peuvent être identifiés. Les Êtres vont chercher à faire survivre leur corps afin de mieux s’unir par la suite, de mieux s’unir à la nature, aux autres Êtres, aux astres, à tout ce qui semble vibrer. Huit millénaires plus tard, les Êtres cherchent toujours à s’unir. Malgré tous les progrès de l’être humain, malgré tous les développements de l’esprit, de l’intelligence, des applications intelligentes des développements technologiques, scientifiques, de la capacité de l’Être de se mouvoir sur cette Terre, autour de cette Terre, dans les différents systèmes, l’Être est toujours à la recherche de l’unification, et il le sera toujours. Car c’est sa nature.

 


 

Or, l’Être a développé des moyens simples pour survivre, pour assurer la survie de son corps. Il a donc maintenant amplement d’espace temporel pour s’occuper de l’unification, n’est-il pas? L’Être n’a plus, à partir de ces moyens physiques, à consacrer toute sa journée à aller rechercher l’eau, le grain, à construire le toit pour faire en sorte d’assurer sa survie. Alors, il peut donc consacrer toute sa journée à l’union entre les Êtres. Voilà qui semble une évidence, n’est-il pas? [petits rires dans la salle] Et pourtant, nous observons ensemble que l’Être semble s’affairer plus que jamais à maintes activités qui ne sont pas nécessairement d’ordre d’union. Où se situe la faille? Huit millénaires plus tard. L’Être a interprété, dans ses recherches de bonheur, d’union, qu’il fallait satisfaire le corps, l’esprit sur les plans matériel, émotionnel. Il a donc expérimenté mille et une voies pour satisfaire ces plans et jamais il n’a réussi à satisfaire pleinement son Être. Mais il continue à rechercher et à rechercher dans une directionrelativement stable. Vous direz, voilà cette humanité qui évolue dans un équilibre assez évident, extérieurement. C'est-à-dire dans une direction équilibrée, stable. Est-ce qu’on se suit? Une direction qui n’a jamais permis à l’Être d’être satisfait pleinement et d’atteindre le bonheur. Alors, nous vous disons : serait-il plausible que l’Être puisse imaginer une autre direction? Lorsque vous empruntez une voie qui vous amène dans un dédale, serait-il plausible qu’après un essai, dix essais, mille essais, vous changiez de voie?… Nous vous disons : voilà cette humanité qui est maintenant dans une période de changement de voie. Huit millénaires de recherche et de combats pour posséder l’Univers. Et l’Être n’a pas réussi. Rappelez-vous : ne jugez pas qui que ce soit! Car, à l’intérieur de chaque cellule, il y a cette pulsion d’union, sensation d’être le Tout. L’Être veut manifester le Tout en lui-même. Et c’est ce qui a amené les Êtres à guerroyer, à tenter de posséder. Bien sûr, inconsciemment : possédez tout et vous voilà le Tout! Or, cela ne fonctionne pas.

 

Et qu’en est-il, après huit millénaires? Jamais cette Terre n’aura connu de guerres plus fratricides, plus violentes, que durant ce dernier centenaire. Jamais la violence ne fut à ce niveau. Jamais la maladie ne frappa autant d’Êtres que durant ce dernier centenaire, que durant cette dernière décennie. Que pouvez-vous anticiper? Simultanément, jamais il n’y eut d’Êtres aussi conscients qu’il faille un changement de direction. Les structures sur lesquelles cette humanité a établi sa démarche, son apparent équilibre, ne mènent pas les Êtres dans une sensation de bonheur. Que les Êtres soient ceux qui possèdent plus de pouvoirs ou ceux qui en possèdent moins. Car bien sûr, à travers vos différentes explorations terrestres, vos différentes incarnations, vous fûtes au pouvoir, vous fûtes mendiant, vous fûtes dans tous les rôles de cette organisation. Et cette organisation ne remplit pas son mandat universel. Alors, nous vous disons déjà que cette humanité est prête à une bascule et que vous êtes les agents de cette bascule. Car vous êtes conscients que quelque soit le rôle de l’Être dans ces structures actuelles, il n’y a pas de satisfaction ultime, il n’y a pas cette sensation d’union de l’Être.

 

Les différentes formes associées à cette structure vont se renverser. Voilà que nous ne ferons point de prédictions. Mais voilà que nous vous inciterons à l’action! Dans la continuité, pouvez-vous imaginer qu’il y ait un renversement qui soit indépendant de chaque conscience des êtres humains? En d’autres termes, croyez-vous que cette humanité va se transformer par « miracle »? Qu’est-ce qu’un miracle? [court silence, suivi de rires dans la salle] Est-ce que le miracle est une expression de l’Univers, totalement indépendante de vous-même? Ou est-ce une projection de l’Être qui se manifeste lui-même? Il n’y a pas de dieu à l’extérieur de vous. Vous pouvez toujours l’attendre; il n’y a pas de dieu à l’extérieur de vous. Mais il y en a un en chacun de vous. Et les dieux qui sont venus sur cette Terre sont multiples. Les dieux que vous avez reconnus sur cette Terre sont simplement des Êtres qui ont reconnu Dieu en eux.

 

Alors, vous n’avez qu’à vous reconnaître maintenant comme dieu et faire des miracles, vous aussi! Car dans l’attente, rien ne s’opérera. Car lorsque vous dites : « Dieu fait des miracles », nous vous disons : vous avez raison. Dieu fait des miracles, mais vous êtes Dieu. [rires dans la salle] Voilà donc que nous vous entretenons d’autonomie. Le Dieu autonome en vous. Où vous situez-vous?

 

Victime de cette humanité, de ces sociétés qui guerroient? Victime de ces sociétés où quelques Êtres possèdent un pouvoir monétaire et financier, qui dirigent toute l’humanité? Vous êtes pauvre victime? Est-ce là votre situation? Vous allez à l’extérieur et le vent froid glace votre peau et vous êtes victime de ce vent, en attente d’un Être qui vous couvre de sa laine — ou de son haleine… ? [la salle éclate de rire] Vous, pauvre victime en attente que l’on vous réchauffe pour ne pas geler? Vous, pauvre être humain, victime de forces plus importantes que vous-même, en attente qu’un miracle soit? Dans l’attente du miracle, vous aurez certes le temps de changer de rôles maintes et maintes fois…

 

Il y a dans cette humanité actuelle des Êtres fort conscients. Depuis le début du centenaire actuel, des Êtres se sont manifestés, d’abord lentement. Puis, de façon de plus en plus importante. Ce que l’on nomme les Êtres du Nouveau Monde, des Êtres d’un âge nouveau. Ce que vous nommez quelquefois ces enfants Indigo. Il y en a eu quelques-uns sur cette Terre, au début du siècle. Et puis, un peu plus au milieu du siècle. Et puis, ils prolifèrent durant cette dernière décennie. Et ils se présentent avec des « armées » complètes dans ce nouveau millénaire, sur le seuil duquel vous observez l’humanité comme un funambule. Est-ce que ce funambule va verser du côté des guerres jusqu’à détruire ce monde? Car bien sûr, chacun d’entre vous est conscient que l’évolution de votre science, de vos technologies, fait en sorte que vous pouvez faire sauter cette planète maintenant, aujourd’hui, ce qui n’était pas il y a 100 ans. Allez-vous verser du côté de la réunification des Êtres, du côté d’une conscience élargie? C’est un choix réel. Ou allez-vous tenter de demeurer sur ce câble raide, dans un mouvement d’apparent équilibre, qui fait en sorte que rien ne bouge trop? Allez-vous permettre qu’il y ait une bascule réelle dans un sens, ou dans l’autre? Voilà où vous situer. Ne soyez pas inquiet! Vous, chère dame, vous n’avez pas la responsabilité de toute cette humanité! Seulement d’une partie, la vôtre. Chacun d’entre vous n’a de responsabilité que sa partie de l’humanité.

 


 

Bien sûr, il vous faille comprendre que les Êtres sont à la recherche de pouvoir. Il y a des Êtres qui ont capitulé dans cette recherche de pouvoir; il y a des Êtres qui, eux, ont redirigé cette recherche de pouvoir vers l’expression de leur pouvoir autonome de réunion avec ce qui est. Il y a donc des forces importantes dans cette humanité qui tentent d’obtenir un pouvoir, un ascendant sur les Êtres. Il faille donc qu’il y ait des forces équivalentes de lumière, de conscience, pour permettre le rétablissement d’un ordre universel. Et voilà où cette humanité se trouve actuellement. Bien sûr, vous direz, il y a un développement technologique et scientifique tel que les Êtres peuvent de moins en moins se préoccuper de leur survie et de plus en plus s’occuper de l’Univers. Mais ce n’est pas ce que vous constatez. Il y a donc une re-direction à suggérer à cette technologie.

 

Il y a des compréhensions de la communication vibratoire si importantes dans cette humanité que les Êtres peuvent mieux se comprendre. En d’autres termes, vous avez développé des moyens de communication physique, énergétique, électrique, électronique, verbale, si puissants que les Êtres peuvent maintenant entrer facilement en communication pour une meilleure communion. Et pourtant, les Êtres semblent de moins en moins se comprendre. Il y a donc là aussi un réalignement qui est nécessaire.

 

Les Êtres ont développé une compréhension du corps humain et de son environnement qui fait en sorte que l’Être pourrait se situer dans un mieux-être physiologique. N’est-il pas? Et pourtant, de grands fléaux d’apparence extérieure accablent les Êtres de façon plus importante que jamais dans cette humanité.

 

La science, la technologie, les communications, la médecine, tout est évolué; et pourtant, l’Être est de plus en plus dans une souffrance. Il n’y a plus de frontière dans ce monde; et pourtant, jamais les Êtres ne se sont sentis aussi isolés. Chaque Être a la capacité d’entrer en relation avec un autre Être, et pourtant, la solitude sévit dans ces mondes occidentaux, et de plus en plus dans ces mondes orientaux.

 

Alors, il faille que tous ces éléments soient réorientés, réalignés. Car ce que vous nommez des désastres, des douleurs, des souffrances, des accablements, sont des créations des Êtres pour faire en sorte qu’il y ait des changements de vision, des changements d’angle, des changements de structure. Tout comme vous, dans votre vie individuellement, lorsqu’il y a une souffrance, c’est parce qu’il y a eu une mésinterprétation sur le plan physique, émotionnel ou mental, et l’Être souffre. Il y a eu une interprétation qui a amené à la souffrance. Ce qui signifie changement d’interprétation, changement d’attitude, de comportement, afin de retrouver un état sain qui permet à l’Être de continuer sa quête réelle, c'est-à-dire la retrouvaille de l’Univers qui est en lui, cette quête intérieure stimulée par un environnement extérieur.

 

Alors, ce qui est véritable pour vous, individu, est aussi réel pour l’humanité : changement d’attitudes, de comportements, de structures. Vous nous direz : il y a des forces au pouvoir qui organisent des chasses aux sorcières, ce qui rend les transformations plus difficiles. Nous vous dirons toutefois : réalisez que s’il y a des « chasses aux sorcières », c'est-à-dire des utilisations abusives de pouvoir envers les Êtres qui cherchent un nouveau monde, c’est parce qu’il y a aussi des Êtres qui abusent de leursconnaissances. C'est-à-dire que ces chasses ne sont pas toutes injustifiées. Il y a des Êtres qui, sous des apparences lumineuses, sont aussi à la recherche de leur pouvoir individuel. Il y a des Êtres qui sont manipulés, tant au niveau mental, émotionnel, que physique. Si votre médecine conventionnelle s’acharne à contrer l’émergence des médecines les plus ancestrales, les plus naturelles, c’est parce que, aussi, il y a eu des abus de pouvoir et des manipulations dans ces sphères.

 

Les Êtres entrent en réaction les uns envers les autres. Voilà l’état de ce monde. Et nous vous disons, sans nous présenter comme un prophète — vous êtes les prophètes, nous vous observons — que, dans la continuité, le monde va se détériorer si les Êtres, individuellement, ne retrouvent pas dans leur conscience leur mouvement naturel. C'est-à-dire que les Êtres, individuellement, vont choisir d’être expressifs.

 

Voyez-vous, depuis le début de cet entretien, nous vous transmettons l’importance de l’expression de l’Univers. Il vous a créé : vous ne pouvez pas nier son importance! Des Êtres à la recherche de la réunification se sont exprimés. Ils se sont exprimés quelquefois en recherchant le pouvoir sur les autres. Mais ils se sont exprimés. Vous direz : voilà une forme un peu déviante d’expression. Nous en sommes pour l’instant à l’expression. C’est donc à travers l’expression de l’Être que le réalignement individuel, humanitaire, planétaire, va s’effectuer. C’est donc dans l’autorisation que l’Être va s’offrir d’émerger, de se manifester, que les structures vont se transformer.

 

Il est, à cette époque, le moment pour les Êtres incarnés de retrouver leur autonomie. Le pouvoir existe dans chaque Être. Chaque Être peut exercer son pouvoir. Et ultimement, le pouvoir en est un d’émission d’une vibration de création. Qu’allez-vous créer. Les Êtres qui attendent l’avènement d’un monde meilleur ne sont pas à créer; et parallèlement, il y a certes des Êtres qui recherchent un monde meilleur pour eux personnellement. Vous vous en êtes rendus compte… [rires dans la salle] Quelquefois, aux dépens de d’autres Êtres, de sociétés, d’humanités. Il y a bien sûr des Êtres qui œuvrent réellement, qui manifestent à l’émergence d’une lumière.

 


 

Il s’agit pour les Êtres de retrouver l’autonomie. Et c’est pourquoi nous vous avons transmis cette vision de la victime. Ne soyez pas à vous juger vous-même d’avoir été une victime. Nous vous le disons : universellement, vous êtes « victime » d’un mouvement, si l’on entend par « victime » que vous n’avez pas le choix. Le mouvement global de l’Univers est certes un mouvement que vous ne comprenez pas, que vous ne maîtrisez pas. La gouttelette d’eau est créée par l’océan. Toutefois, demeurer dans ce rôle de la victime fait en sorte que vous laissez l’espace et le pouvoir aux Êtres qui, eux, ont choisi d’exprimer, de quitter le rôle de victime. Voilà qui est bien! Mais quelle est leur direction? Observez ce monde et constatez la direction : il n’y a pas assez, pas suffisamment d’Êtres qui ont choisi de quitter le rôle de victime de l’incarnation et d’exprimer la lumière. Mais il y a amplement d’Êtres qui ont choisi de quitter ce rôle pour exercer un pouvoir individuel de manipulation sur un environnement immédiat, ne serait-ce qu’un Être qui exerce un pouvoir sur sa famille, sur son entreprise, sur sa culture… Un pouvoir violent. Il est important que les Êtres qui sont conscients puissent exprimer, manifester, quotidiennement, leur conscience, et non pas être dans un état de latence, non pas être victime de l’humanité. Car nous vous le répétons, les victimes demeureront victimes.

 

Vous êtes, dans cet Univers, des Êtres de pouvoir, car à l’intérieur de chacun d’entre vous, il y a tout le pouvoir de l’Univers lui-même. Ce pouvoir, exercé avec conscience, permet aux Êtres de se rassembler. Alors, nous disons aux Êtres non pas d’être indépendants, mais d’être autonomes, c'est-à-dire de ne pas être en attente que qui que ce soit d’incarné ou de non incarné, en attente d’un dieu, que les choses changent. L’autonomie est la capacité de chaque Être d’être Présent, d’être dans une expression consciente de sa vision de la vie, de l’Univers, de l’existence. Que les Êtres qui portent la lumière éclairent, et non pas soient en attente qu’une lumière extérieure, universelle, puisse sauver le monde. Mais que chaque petite lumière intérieure puisse manifester toute la puissance de l’Univers.

 

Ainsi donc, nous vous disons : que les Êtres conscients redeviennent autonomes, car ils ont été créés autonomes. Et si dans cette incarnation ils furent créés dans une dépendance, au niveau de leur Âme, ils sont des Êtres autonomes.

 

Alors, bien sûr que chaque Être a suffisamment d’expériences et de connaissances pour justifier son rôle de victime. Personne n’en doute, n’est-il pas? [rires dans la salle] Les Êtres ont suffisamment souffert pour justifier leur impuissance. Rappelez-vous à nouveau cette goutte d’eau qui, elle, se rappelle qu’elle est océan. Et donc qu’elle est de la même nature que l’océan tout entier. Retrouvailles de l’autonomie.

 

Les Êtres vont donc se transformer. À vos côtés, nous vous disons, de plus en plus de ces Êtres du Nouveau Monde, de ces Êtres que vous nommez Indigo, qui se présentent sur cette Terre dans une nouvelle conscience, bien sûr, avec eux-mêmes leurs difficultés — vous les constatez — quelquefois des difficultés de présence, multiplication des Êtres que vous nommez autistiques, mais aussi d’une fébrilité renouvelée, multiplication des Êtres que vous nommez hyperactifs. Les Êtres qui se présentent dans une conscience différente de leur humanité, avec bien sûr quelquefois des difficultés d’intégration — que vous comprendrez, n’est-il pas, si ces Êtres nous parviennent de plans plus subtils, de rythmes vibratoires plus élevés — qui se présentent sur cette Terre déchirés. Imaginez que vous soyez un Être de paix dans une petite société fort paisible et que vous soyez soudainement catapulté dans une société qui ne fait que guerroyer. Serait-il plausible que vous ayez des difficultés d’intégration? C’est ainsi que vous pouvez concevoir ces Êtres du Nouveau Monde, qui viennent inspirer des transformations dans ces structures. Or, nous vous disons : permettez-vous de vous laisser inspirer par ces Êtres qui veulent révolutionner cette humanité. Et nous vous transmettons : soyez des révolutionnaires pacifistes, mais des révolutionnaires.

 

Les Êtres vont se présenter avec des idéaux fort contestataires des structures qui sont présentes. Voyez-vous, le rythme vibratoire de cette planète, de cette humanité, a déjà augmenté. Observez autour de vous durant cette dernière année : combien d’Êtres ont ressenti des difficultés d’existence, des élans intérieurs renouvelés? Le rythme vibratoire augmente de façon continue et exponentielle. Vous croyez que le rythme est rapide? Nous vous disons : il augmente, de plus en plus. Et bien sûr, lorsque le rythme augmente, les malaises sont plus apparents. Les sensations que rien ne va plus sont de plus en plus imminentes, n’est-il pas? Lorsque vous chantez des paroles d’une chanson très lentement, s’il y a des erreurs, vous pouvez récupérer rapidement. Mais si vous chantez rapidement, il n’y a plus de récupération possible. Vous saisissez? Le rythme est rapide et les malaises, les difficultés sont en surface. Et plusieurs d’entre vous, et plusieurs autour de vous auront senti dans ces derniers mois de cette année des difficultés dans leur corps physique, émotionnel, mental, des difficultés d’existence, des pressurisations, voire des oppressions. Tout va trop vite, tout va trop rapidement dans un Univers manifesté sur cette Terre qui n’est pas en équilibre. Nous vous disons : en équilibre apparent.

 

Imaginez, à nouveau, un de vos véhicules. Votre véhicule circule à une vitesse choisie, équilibrée. Tout semble en équilibre. Et tout à coup, vous augmentez la vitesse, de plus en plus. Et vous voyez, tout semble vouloir vous lâcher, n’est-il pas? Vous entendez des bruits, la carcasse du véhicule semble ne pas pouvoir suivre le mouvement… [rires dans la salle] Combien d’entre vous auront senti que leur « carcasse » ne peut pas suivre le mouvement? [éclats de rires dans la salle] N’est-ce pas? [la salle continue de rire] Le rythme augmente! Les interprétations qui amènent des états déséquilibrés mais un peu latents sont tout à coup sollicitantes, exigeantes d’un alignement. Jamais dans votre vie vous n’aurez senti la nécessité d’un tel alignement. Les rythmes vibratoires s’élèvent de plus en plus. Et les Êtres sentent des malaises. Alors, certains vont interpréter : « Voilà, il n’est pas favorable d’augmenter les rythmes vibratoires. » [la salle éclate de rire] « Il est préférable de réduire les rythmes, de demeurer dans un confort partiel, pour que les inconforts se présentent plus graduellement, sans satisfaction réelle, mais sans peurs. » Alors que voilà maintenant que les peurs, les insécurités, les malaises se présentent, tous simultanément. Alors, qu’il en soit ainsi! Que la chaudière explose! Avant que cette Terre n’explose…

 

C'est-à-dire que les Êtres conçoivent que l’organisation ne fonctionne pas. Alors, qu’ils puissent à nouveau se réunir et concocter des recettes différentes qui permettent de vivre dans ces nouveaux rythmes vibratoires, qui permettent de respirer, d’aimer. Tous les moyens furent développés autour de vous pour faciliter vos rencontres, vos communications, vos communions. Le développement des outils matériels qui facilitent vos œuvres. Vous n’avez plus à courir à la rivière, mais vous voyez, la rivière court vers vous maintenant. Pourquoi, croyez-vous? Nous vous avons déjà transmis par le passé : imaginez que chacun d’entre vous porte en lui la peur d’un séisme. Alors (ne le faites pas maintenant!), imaginez que chacun d’entre vous ayez cette peur d’un séisme d’une telle ampleur que vous communiquiez à tous les Êtres autour de vous cette peur, et que eux la transmettent. Selon l’ampleur de cette peur, en quelques jours, sinon en quelques heures, l’humanité tout entière sera imprégnée de cette peur. Et les Êtres trembleront tant et tant que la Terre se mettra à trembler, et qu’il y aura des séismes. Vous suivez? L’image est à peine farfelue.

 


 

Bien sûr, la Terre réagit aussi à toutes ces vibrations, à tous ces alignements qui ne permettent pas l’union. Car la Terre vibre aussi, la nature vibre. Car il y a ces Dévas de la nature. Tout dans l’Univers est associé à une Âme; l’Univers est une Âme. Alors, s’il y a des Êtres souffrants et si l’humanité est souffrante, la Terre est souffrante et la Terre aussi est en réaction. Si votre corps s’anime pour vous manifester physiquement, émotivement, mentalement, que cela ne va pas, la Terre aussi s’anime pour vous transmettre que cela ne va plus. Alors, voyez-vous, on ne va pas vous prédire qu’il y aura des séismes qui vont éliminer l’humanité! Vous avez en vous une puissance telle que vous allez simplement utiliser cette puissance pour manifester l’Amour. La Terre ne se retourne pas contre vous! La Terre agit comme votre estomac : selon la nourriture que vous lui offrez, elle est calme ou agitée. Votre plexus agit comme votre estomac. Votre système nerveux central agit comme votre estomac. Selon votre nourriture physique, émotionnelle et mentale, vous réagissez, votre société réagit, cette Terre réagit.

 

Tous ces termes pour vous amener à comprendre que l’impuissance qu’un Être pourrait manifester à transformer cette humanité est une manifestation de la victime en lui. Il n’y a pas un Être impuissant; il y a des Êtres qui se croient impuissants. Et bien sûr, il y a des Êtres qui se croient très puissants : voilà ce qui crée les déséquilibres.

 

Alors, nous disons aux Êtres : retrouvez cette puissance de création, cette puissance d’expression. Tous les Êtres sont de même nature, de même source. Tous les Êtres sont de l’Univers; il n’y a pas un Être dans cette humanité qui ne soit pas mû par cette même pulsion que nous nommons la pulsion du Je suis véritable, cette pulsion universelle, christique, divine, la pulsion du Je suis, la pulsion d’exprimer une nature beaucoup plus vaste que le personnage incarné, soit victime ou imbu de lui-même. Ce Je suis véritable est, à l’intérieur de l’Être, ce qui peut s’exprimer.

 

Or, ce Je suis est certes une expression de Paix et d’Amour. La paix dans cette humanité ne peut se réaliser sans qu’il y ait paix dans chacune des sociétés. La paix dans chacune des sociétés ne peut se réaliser s’il n’y a pas de paix dans chacun des Êtres. Il y a des Êtres qui croiront : « Voilà, je me sentirai en paix lorsque ma société sera en paix. » Nous vous disons : la paix de votre société sera lorsque vous serez en paix. Lorsque chacun des Êtres d’une société sera en paix, la société sera en paix. Lorsque chaque société sera en paix, l’humanité sera en paix. Et lorsque l’humanité sera en paix, les Êtres sentiront leur union avec l’Univers de façon beaucoup plus continue et permanente. Cette paix existe dans l’Être. Il s’agit donc qu’individuellement, chaque Être puisse manifester cette paix.

 

Or, bien sûr, nous pouvons nous entretenir ensemble de paix en cette journée auspicieuse et nous revoir dans une année pour en rediscuter. Et nous vous demanderons : qu’avez-vous entretenu en vous à chaque jour de cette année? La sensation de la victime, de l’impuissant? Ou la lumière de la paix à l’intérieur de vous? Qu’avez-vous fait chaque jour? Non pas pour collaborer à la paix dans le monde par un geste humanitaire. Ce n’est pas ce que nous vous demanderons. Qu’avez-vous fait à l’intérieur de vous pour que vous sentiez la paix vibrer à l’intérieur de vous-même? Comment avez-vous agencé votre rythme de vie, votre mode d’action à cette expression ultime de l’Être, manifester la paix et l’Amour? Qu’y a-t-il de plus important pour vous que de manifester la paix et l’Amour, sachant que la paix et l’Amour guérissent le corps physique, émotionnel et mental? Sachant qu’ils guérissent l’humanité tout entière? Qu’y a-t-il de plus important? Qu’avez-vous choisi, quotidiennement?

 

Alors, nous vous disons : l’Être peut retrouver en lui cette paix en portant un regard éclairé sur sa nature, d’où il vient, pourquoi il est ici, où il va. Qu’il retrouve la paix de l’observateur de cette gouttelette d’eau qui provient de la mer et qui retourne à la mer. Que chacun d’entre vous retrouviez la paix à l’intérieur de vous et que cette paix se manifeste avec chacune de vos relations. Que cette paix soit si consciente que vous puissiez l’exprimer. Un Être qui est autonome et qui peut assurer sa propre paix intérieure, quelque soit la tourmente extérieure, parce qu’il sait qui il est. Autonomie. Que la paix ne soit pas attendue d’un Être cher, d’un enfant, d’un conjoint, d’une famille, d’une société, d’un gouvernement, d’une humanité. Que chaque Être réalise chaque jour qu’en lui-même il y a la paix, car il est une cellule de l’Univers, et qu’il n’a rien à prouver à qui que ce soit, ou à quoi que ce soit. Il n’a qu’à exprimer ce qu’il est. Il n’y a pas d’autre mandat réel pour l’Être que de respirer, de jouir de l’Univers en lui. Que tous ses besoins et ses désirs soient orientés vers ce désir ultime.

 

Or, que l’Être retrouve un espace de paix à l’intérieur de lui. Et puis, qu’il fasse en sorte que ses relations soient paisibles. Que l’Être retrouve son autonomie, c'est-à-dire que ce n’est pas un conjoint qui va le rendre heureux et paisible. Ce n’est pas non plus un médecin. Ce n’est pas non plus un thérapeute. Ce n’est pas non plus une société. Tous ces Êtres sont des participants, des collaborateurs. Tous ces Êtres sont présents pour stimuler sa conscience de lui-même. Mais tant et aussi longtemps que l’Être attend que quelqu’un fasse quelque chose pour lui, il est dans la même attente qu’un dieu fasse la paix sur cette Terre. Il a donc raison : que ce dieu soit lui. Que vous voyiez le dieu dans l’autre : qu’il en soit ainsi. Mais non pas un dieu miraculeux devant lequel vous êtes impuissant.

 

Alors, retrouvez l’autonomie et bien sûr, que vos relations soient pacifiées. Que chaque Être s’autorise à vivre en paix avec lui-même et avec les autres. Que l’autre soit en paix avec lui-même. Bien sûr, que vous puissiez avoir un regard de compassion, que vous puissiez tendre la main pour aider l’autre à se retrouver en paix, sans toutefois oublier que vous avez à retrouver cette paix de l’Âme. Car la paix de l’Âme, c’est la paix du corps, c’est la paix de l’esprit. Et lorsque les Êtres ressentent la paix en eux, lorsqu’ils vibrent la paix, croyez-vous que les actions qu’ils doivent entreprendre sont nombreuses, ardues, exigeantes? Croyez-vous que vous ayez à laisser votre foyer pour aller œuvrer pour la paix dans le monde?

 

Si vous êtes en paix avec vous-même, cela signifie que vous êtes en paix avec les membres de votre famille biologique. On ne vous dit pas que les membres de votre famille biologique sont tous des Êtres qui expriment leur lumière intérieure. On vous dit d’amorcer votre travail de pacification en concevant que les membres de votre famille biologique sont aussi des Êtres qui recherchent le bonheur et qui tentent de s’exprimer. Qui sont souventes fois des éléments qui ont provoqué votre Être à émerger au-delà de structures, de conventions. On ne vous dit pas que tous leurs mouvements furent justes et appropriés. On vous dit toutefois qu’il est important que vous entreteniez une paix envers eux. C'est-à-dire que vous ayez pu exprimer ce que vous avez vécu et que vous puissiez comprendre qu’ils sont aussi des Âmes à la recherche de leur bonheur. Que vous n’avez pas nécessairement à faire en sorte que toute votre vie, votre existence soit à leurs côtés, mais à réaliser que le jugement des membres de votre famille biologique ne permet pas que vous soyez en paix. On ne vous dit pas qu’il faille pardonner aux Êtres extérieurement, tout en ayant à l’intérieur de vous un ressentiment. On vous dit simplement qu’il est important que les Êtres puissent comprendre que des Êtres aient un chemin différent, un sillon différent, et qu’ils puissent ne pas comprendre, eux, que d’autres aient un chemin différent. On se suit? Soyez en paix avec votre famille biologique. Soyez en paix avec les membres de votre société. Ce n’est pas le jugement, la culpabilisation qui permet aux Êtres de s’éveiller à de nouveaux chemins, à de nouvelles structures. C’est la paix exprimée. Exprimée, cela signifie que de toutes vos émanations, vous exprimez paix et Amour. Cela ne signifie pas que vous prenez dans vos bras tous les Êtres que vous rencontrez sur votre chemin et que vous bénissiez leurs actions. Cela signifie simplement que vous êtes des Êtres qui comprenez la source des choses, le sens de l’existence et que cette compréhension supporte votre paix intérieure. Vous pouvez certes transmettre aux Êtres votre vision, tout en portant en vous la compréhension des gestes, des paroles, des actions, qui vous semblent déviantes. Si vous répondez à la guerre par la guerre, vous collaborez à la continuité des structures actuelles. Si vous ne répondez pas à la guerre, vous collaborez à la continuité des structures actuelles. Il vous faille répondre, exprimer. Il vous faille porter en vous cette paix, cet Amour, et le transmettre. Transmettez-le par vos paroles, par vos gestes, par vos actions, par votre regard, par votre parfum. Un mot, un accueil, une direction, une invitation, une suggestion, à tous les Êtres.

 


 

Il est maintenant venu le temps, dans ce nouveau millénaire qui s’ouvre à vous, d’utiliser votre capacité d’expression, votre pouvoir universel réel, celui de créer. Qu’à chaque jour, vous puissiez Être en relation avec vous-même de façon si intime que vous ne renonciez pas à ce que vous portez comme lumière. En d’autres termes, lorsque se déploie devant vous ce qui vous semble l’ injustesse, l’orientation qui supporte un monde en déséquilibre, que vous puissiez, non pas juger et vous battre, mais exprimer votre vision, votre regard. Nous vous disons : ne soyez plus timide. Cela ne signifie pas que chacun d’entre vous ayez à vous porter comme un prophète et parler devant les audiences! Cela signifie simplement que vous ne manifestiez plus votre impuissance, que vous ne soyez plus des victimes, mais que votre pas soit convaincu, expressif de ce que vous portez à l’intérieur de vous.

 

Rappelez-vous que si chacun des Êtres sur cette Terre pensait à l’amour et à la paix une minute chaque jour, il n’y aurait pas de violence sur cette Terre. Alors, rappelez-vous, sans vous culpabiliser, que si vous ne le faites pas, eh bien, toute l’humanité ne le fait pas : il manque vous! Vous saisissez? Alors, soyez présent à vous-même d’abord.

 

Durant ce millénaire qui se présente à vous, vous sentirez une élévation de rythme vibratoire que nous avons dit exponentielle, c'est-à-dire un mouvement de plus en plus rapide qui fera en sorte que les familles d’Âmes se rencontreront de plus en plus rapidement. C'est-à-dire les Êtres retrouveront des Êtres qui ont une vision commune. Alors, les visions lumineuses peuvent être multiples. Mais il y a des Êtres de même famille qui ont avantage à se retrouver. Dans l’expression de vous-même, vous permettrez une attraction de ces Êtres vers vous, et vous vous permettrez d’être attiré par ces Êtres. Retrouvez-vous.

 

Vous voyez? Vous pacifiez avec vos familles biologiques et vous ouvrez les portes toutes grandes à vos familles d’Âmes, pour que les mouvements, les actions soient déjà des associations. Que vous ne soyez pas tourmenté par une famille à laquelle vous ne pouvez pas répondre, que vous puissiez alléger les liens avec vos familles biologiques, pour mieux accueillir encore les familles d’Âmes, les Êtres qui ont des regards similaires et qui peuvent se retrouver en complémentarité d’action à travers, réellement, des projets vivaces, de vie.

 

Rien ne vous est demandé que d’être des révolutionnaires pacifistes. C'est-à-dire que vous n’acceptiez pas, à l’intérieur de vous, la violence. Que vous n’acceptiez aucune forme d’agression, de manipulation, d’utilisation de pouvoir. Que vous ne l’acceptiez pas comme une victime, comme un Être neutre, passif, latent. Que vous puissiez, à votre façon, chanter la paix, parler de la paix, parler de votre direction paisible, pacifier autour de vous.

 

Les familles d’Âmes qui vont se rencontrer seront à la source des grandes transformations. Les familles d’Âmes qui se rencontrent sont importantes pour cette bascule de la société. Nous vous avons souvent transmis que cette humanité est prête à pouvoir transformer son mode de direction. C’est le pouvoir féminin qui peut transformer les structures. Qu’entendons-nous par « pouvoir féminin »? Le principe d’évolution. Le principe créateur. Non pas le personnage de la Femme qui fut abusée et frustrée! Vous fûtes tous des femmes, à un moment ou à un autre! Vous avez tous en vous le principe féminin, quel que soit le personnage incarné. Le principe féminin, le pouvoir de la Femme, c’est le pouvoir créateur, évolutif, uni au principe masculin, c'est-à-dire involutif, qui amène le germe, qui permet que la Connaissance soit utilisée pour créer. Le principe de l’expression, extérieurement et concrètement, certes c’est ce pouvoir féminin, qui peut réellement amener des transformations de structures. Que le pouvoir féminin ne soit pas en résonance au pouvoir masculin, qu’il ne soit pas en réponse, en réaction à des millénaires d’oppression! Car, bien sûr, vous n’aurez rien changé, que renversé les rôles. Que le principe féminin puisse utiliser un pouvoir d’association, d’unification, de réunification, de libération dans la création. Nous vous disons : que les femmes de ce monde se rencontrent, d’abord en elles-mêmes. Que les hommes de ce monde rencontrent en eux-mêmes leur pouvoir créateur. Et que les femmes se rencontrent en elles-mêmes dans leur pouvoir d’expression. Et que les Êtres se rencontrent dans ce principe, dans ce mouvement. Vous direz : des rencontres de femmes où les hommes, dans leur pouvoir d’expression, sont aussi inclus. Que les femmes se rencontrent de plus en plus dans leurs activités et que les portes soient ouvertes aussi aux hommes qui manifestent ce pouvoir féminin. Et que les femmes de cette Terre s’unissent pour transformer les structures. Mais ces structures ne se transformeront pas par une unification de personnages qui veulent prendre le pouvoir! Vous avez compris cela. Mais plutôt par la rencontre des Âmes qui manifestent, d’abord par leurs émanations, une paix intérieure. Et cette paix intérieure peut se manifester maintenant, et quotidiennement.

 

Nous vous dirons : que chacun d’entre vous puisse, quotidiennement, accorder un moment d’attention à la paix à l’intérieur de lui. Qu’il n’y ait pas une journée de votre vie où il n’y ait pas quelques instants pour observer comment la paix se manifeste en vous. Au-delà de tout jugement, de toute culpabilité, chaque jour observez en vous si la victime se dissout, si l’Être autonome émerge. Comment, dans quelle action, dans quelle relation entre les Êtres l’Être autonome se manifeste-t-il? Qu’allez-vous faire aujourd’hui pour exprimer la paix? Quelle relation allez-vous libérer d’une tension, aujourd’hui? Quelle parcelle de tension allez-vous tenter de laisser se dissoudre aujourd’hui? Quelle que soit l’ampleur de l’action, qu’il y ait une attention. Que cette attention soit associée à une intention. Que l’intention soit associée à une parole, un geste, une action, un regard, chaque jour. Pouvons-nous être plus concrets?

 

Que les tensions entre les Êtres puissent se dissoudre spontanément. Et pour ce faire, il faille bien sûr que les Êtres puissent se libérer de leurs frustrations, de leurs colères, de leurs attentes. Et pour que les Êtres se libèrent de tout cela, il faille bien sûr qu’ils permettent de clarifier, de pacifier avec les autres Êtres.

 

Car bien sûr vous avez compris que lorsque vous rencontrez un nouveau partenaire, et que tout est dans un parfum de rose pendant quelques... [l’outil fait mine d’hésiter, ce qui provoque des rires dans la salle] instants [la salle rit toujours], ce partenaire est certes une expression de l’univers, une expression du dieu en lui, et qu’à l’intérieur de vous, s’il y a encore des frustrations, des colères, des attentes envers l’extérieur, qui n’ont pas été identifiées, dissoutes, eh bien le partenaire renouvelé sera bien sûr le personnage idéal pour les laisser émerger… [sourire de l’outil] Et il pourrait prendre l’apparence du bourreau temporaire… Et nous vous dirions : voilà un acteur qui joue bien son rôle, quelquefois inconscient.

 


 

Que les relations que vous entretenez avec vos conjoints, relations intimes, relations amicales, relations professionnelles, soient certes entendues comme des modes de stimulation, d’intensification des interprétations qui sont en vous. En d’autres termes, lorsqu’un Être soulève en vous une colère, vous dites, mais voilà qui est parfait, quel Être merveilleux! [rires dans la salle] Et vous lui offrez un présent, bien sûr, car il vous a permis d’identifier en vous qu’il y avait encore colère, qu’il y avait encore une attente envers un Être. Cette attente est associée à un désir profond, une interprétation en vous. N’est-ce pas merveilleux de saisir que vous étiez encore à attendre? Lorsqu’un Être vous abandonne, il vous permet de constater que vous entretenez à l’intérieur de vous la sensation d’être désuni, qu’il y a une parcelle de vous qui n’est pas unie avec l’univers, consciemment, puisque vous sentez l’abandon, puisque vous sentez la goutte d’eau qui est séparée de sa mer.

 

Alors, cet Être est un acteur. Bien sûr, il ne s’agit pas que vous puissiez louer chacun des gestes de chacun des Êtres, il s’agit simplement de comprendre que chaque geste, que chaque action autour de vous qui fait soulever cette sensation de colère, de frustration, d’abandon, de tristesse, est permissive d’une compréhension d’un aspect de vous qui n’est pas pacifié. Il ne s’agit pas maintenant de glisser dans le rôle de la victime de vous-même, mais plutôt de découvrir avec joie qu’il y a une parcelle de vous-même qui émerge et qui peut être transformée.

 

Ce monde, cette humanité, ne peut pas être en paix si vous n’êtes pas en paix. Si vous entretenez une colère, bien sûr vous pouvez être là à observer les guerres à l’autre bout de cette humanité et à juger des Êtres inconscients pour leur violence. Mais cette colère qui est en vous, qu’en faites-vous? Non pas cette colère envers cet Être, mais cette colère ou cette frustration qui est ressentie, qu’en faites-vous? Comment êtes-vous à tenter de la dissoudre, de libérer? Non pas par un pardon! Bien sûr, pardonnez aux Êtres. Mais ce n’est pas le pardon qui libère. Le pardon est la conclusion naturelle. Le pardon n’a pas à être même pensé. Lorsqu’un Être pense à pardonner, c’est souvent fois qu’il oublie ce qu’il pourrait laisser se dissoudre à l’intérieur de lui. Lorsque les éléments sont compris, le pardon émerge comme une fleur qui s’ouvre et laisse émaner son parfum, sans dire : « Voici, Être cher, tu peux maintenant humer mon parfum ».

 

Pacifiez avec ces relations pour laisser se dissoudre les tensions, laisser se dissoudre ces tensions par une compréhension, une connaissance de leur création, des interprétations qui ont fait en sorte qu’elles se sont formées. On ne vous dit pas que vous n’aviez pas raison, on ne vous dit qu’il n’y a pas eu de souffrances qui ont amené cela, on vous dit simplement que tant et aussi longtemps que vous portez des résistances à l’intérieur de vous, vous ne serez pas en paix. Et la meilleure façon de collaborer à la paix chez tous les Êtres est d’assurer votre propre paix.

 

La fleur qui s’ouvre, c’est la paix, le parfum qui émane, c’est l’amour qui circule. Lorsque, dans cette humanité, il n’y aura que des fleurs qui émanent l’amour, vous n’aurez pas à « travailler » pour la paix. La paix est un état et non pas une action, un résultat. C’est un état qui existe dans chaque Être.

 

La place des familles d’Âmes, des individus qui se rencontrent est la capacité que ces Êtres ont de se stimuler mutuellement plus facilement, car leur regard est similaire. Et c’est pourquoi nous vous disons, dans cette augmentation de rythme, permettez que les Êtres qui aient des regards similaires puissent s’approcher de vous pour que vous soyez stimulé de leur mouvement et que vous stimuliez leur mouvement par le vôtre. Que les Êtres se rencontrent. Que les familles biologiques s’apaisent. Que vous puissiez communiquer par tout ce que vous êtes. Que vous puissiez vivre la paix.

 

On vous écoute.

 

Vous parliez de la dissolution de la colère. Auriez-vous une suggestion, un exercice, pour aider à dissoudre la colère?

 

Votre question est fort intéressante, chère dame, car les Êtres, quelquefois, tentent de se libérer d’un aspect d’eux, se libérer d’une colère, se libérer d’une mémoire, se libérer d’un karma, comme un Être pourrait se libérer d’un vieux vêtement. Le laisser tomber. Mais voilà qu’il semble que ce vieux vêtement s’agrippe à vous! [rires dans la salle] Vous voyez? Ce vieux vêtement que vous n’avez jamais osé laisser tomber, ou qui revient vers vous à chaque moment, il est près de vous parce qu’il collabore à un état. Vous l’aimez parce que vous vous sentez bien, inspiré, quelquefois protégé. Il en est de même au niveau d’un élément comme la colère.

 

Souventes fois, vous avez tenté de nier la colère : « Voilà, maintenant, je n’ai plus de colère. » Plusieurs d’entre vous ont fait cette expérience : « Il n’y a plus de colère, je pardonne à tous les Êtres, il n’y a plus de colère. » [rires dans la salle] Et voilà que la colère semble se projeter sur vous à nouveau, malgré vous. Parce que la colère en soi n’est qu’un effet. Et lorsque vous tentez de vous libérer de l’effet, vous le reproduisez, vous le recréez. Lorsque, d’un milieu vivant, vous éliminez une substance, le milieu vivant va recréer cette substance. Donc, votre Être recrée la colère. Pourquoi? Parce que la colère possède sa connaissance. S’il y a colère, c’est parce qu’il y a un élément qui n’est pas saisi.

 

Si, par exemple, un Être, de par une action, soulève une colère en vous, même si vous dites à cet Être : « Voilà, je te pardonne. Je n’ai plus de colère. », bien sûr, l’Être saura apprécier, toutefois, ce qui est à l’intérieur, ce qui a suscité la colère demeure. Un autre Être se présentera, aura un geste, une action, un comportement, une attitude similaire, et voilà que la colère se présentera. C’est l’interprétation, et c’est à ce niveau qu’il faille œuvrer. Qu’est-ce que l’Être interprète pour que la colère se manifeste?

 

Alors, s’il y a un Être, par exemple, qui soulève une colère chez vous, vous direz : il y a quelque chose qu’il a fait ou qu’il n’a pas fait. Donc, nous vous dirons, logiquement bien sûr, qu’il y avait une attente que cet Être fasse ou ne fasse pas quelque chose. S’il y a une attente, il y a une forme de dépendance. S’il y a une dépendance, il y a une insécurité. S’il y a une insécurité, il y a une interprétation que votre Être n’est pas tout à fait libre. C’est à ce niveau qu’il faille œuvrer. Quelle est l’insécurité réelle? Aller retrouver la connaissance.

 

Bien sûr, l’Être peut avoir vécu plusieurs expériences d’abandon qui aient créé un conditionnement. Lorsque tel événement se présente, il y a une attitude, un comportement automatique qui peut être, par exemple, la colère. Chez d’autres, la tristesse, la peur. Imaginons la colère. Alors, cette colère est en soi une interprétation d’un geste, une interprétation souventes fois automatique associée à une mémoire, associée à une interprétation. C’est au niveau de l’interprétation, de l’insécurité qu’il faille œuvrer, c'est-à-dire donc, tenter d’identifier quelle est l’insécurité qui fait en sorte que vous êtes dépendante de l’action ou de la non-action, de la parole ou de la non-parole d’un Être. Est-ce qu’on se suit?

 

Très bien.

 

Alors, bien sûr, il n’y a pas de rituel ou de parole reprogrammatrice instantanée inconsciente. Il faille vraiment que l’Être puisse retirer quelle est la connaissance. La colère en soi peut être protectrice. Elle n’est pas nécessairement mauvaise. Elle n’est pas nécessairement bien. Elle joue un rôle : vous protéger. Alors, mais qu’est-ce qu’elle veut enseigner? Quelle est la signification, au-delà de cet Être? C’est à ce niveau que l’Être doit œuvrer : qu’est-ce qui fait soulever la colère, et comprendre. À partir de l’instant où l’Être a pu toucher la compréhension, le message contenu dans la colère, il peut par la suite choisir de façon convaincue qu’elle n’a plus sa place dans sa vie, par conviction. Éliminer la colère sans comprendre, cela ne fonctionne pas, n’est-il pas?

 

On vous écoute.

 

Je lisais récemment que l’équilibre de la Terre était extrêmement important en premier lieu pour la Terre, mais aussi pour le reste de l’Univers. Pourriez-vous nous expliquer l’impact de l’équilibre de la Terre sur le reste de l’Univers?

 

Certes, très simplement. Nous vous avons dit précédemment, voyez comment la paix à l’intérieur de vous est importante pour votre société. Si vous entretenez une sensation, une angoisse, vous allez émaner cette angoisse, la propager autour de vous, la société va la propager et la Terre tout entière va la porter éventuellement. Est-ce qu’on se suit?

 

Oui.

 

Alors, la Terre se situe dans un système : tout comme vous êtes un élément de l’humanité, la Terre est un élément d’un système que vous nommez le système solaire, qui est un élément d’une galaxie, qui est un élément d’un monde. Est-ce qu’on se suit?

 

Oui.

 

Alors, de la même façon, lorsque cette Terre est en déséquilibre, elle affecte vibratoirement l’équilibre du système. Si vous, à l’intérieur de vous, avez une pensée de peur, votre pensée influence tous les Êtres dans cette salle. Nous ne disons pas que tous les Êtres auront peur! Nous disons qu’elle influence. Si, dans une mare, vous laissez tomber une goutte de mercure, ce n’est pas la mare tout entière qui est corrompue, mais il y a une influence, n’est-il pas? S’il y a plusieurs gouttes de mercure, éventuellement, vous aurez une mare de mercure. On se suit? Alors, votre pensée, votre peur, votre colère, influence l’ambiance. De la même façon, l’ambiance de cette Terre influence l’ambiance du système solaire. C’est une question de vibrations, d’émanations vibratoires.

 

Vous avez observé peut-être, dans cette période de rassemblement des Êtres, particulièrement de familles biologiques, vous avez observé durant un moment de rencontre qu’un nouveau membre de la famille se présente tout à coup, et que l’ambiance tout entière change. Vous avez observé cela? [rires dans la salle] Il n’a pas parlé! [la salle éclate de rire] Il n’a pas bougé, il n’a pas agi, il est entré simplement et voilà que l’ambiance change! Ses émanations viennent influencer le « système », l’ensemble des Êtres qui vivent. Ce qu’il est, ce qu’il porte, ce qu’il vibre influence. Ainsi, ce que cette Terre porte, vibre, influence ce système. Est-ce suffisamment clair?

 

Oui.

 

Si, par exemple, il y avait un éclatement de cette Terre — on ne vous dit pas qu’il y aura un éclatement de cette Terre; nous savons que vous aimez les interprétations [sourire taquin de l’Outil]…[éclats de rire] — nous vous disons, si il y avait un éclatement de cette Terre, c’est le système tout entier qui serait affecté.

 

S’il y a un membre d’une famille qui quitte, le système familial est influencé. Nous vous disons d’ailleurs que, puisqu’il y a des rencontres de familles d’Âmes, il y aura aussi des départs qui seront moins expliqués, explicables, d’Êtres de vos familles d’Âmes qui quittent ce plan, alors qu’ils se présenteront sur d’autres plans de conscience pour influencer cette Terre. Nous vous disons, il y aura un grand mouvement vibratoire où les plans de conscience seront plus nettement perçus comme agissant les uns sur les autres. Nous vous disons : il y a plusieurs Êtres de vos sociétés qui quitteront abruptement pour d’autres plans de conscience. Comme des Êtres de d’autres plans de conscience se présenteront.

 

Si cette Terre éclatait, le système solaire serait influencé. Chacune des planètes sera influencée dans son mouvement. Le système tout entier serait déséquilibré dans son mouvement, ce qui amènerait une transformation au niveau de la galaxie. Est-ce qu’on se suit? Tout est uni. Lorsque nous vous disons : réunification, c’est une conscience de l’union qui s’ouvre, car tout est déjà uni.

 

On vous écoute.

 

Je croyais qu’en augmentant le rythme vibratoire, on allait vers un mieux-être. Mais tout à l’heure vous avez parlé que l’augmentation du rythme vibratoire faisait ressortir des malaises, des difficultés. Comment peut-on faire pour atteindre l’équilibre?

Certes, ce que vous dites est juste. Voyez-vous, lorsque vous choisissez d’épurer un endroit, de purifier, de nettoyer un endroit, vous amorcez votre travail, votre mouvement, ce qui fait bouger les éléments en place. Lorsque vous augmentez votre rythme, vous constatez que les poussières sont en mouvement de façon plus évidente. Est-ce qu’on se suit? [petits rires dans la salle]

 

Il peut y avoir, temporairement, un passage qui semble être un déséquilibre. Si vous tournoyez trop rapidement dans votre logis, les poussières seront en circulation, et vous pouvez sentir un malaise. Est-ce qu’on se suit?

 

Oui…

 

Ce malaise est intéressant et utile à vous faire comprendre qu’il y a des poussières, et à épurer la place.

 

Maintenant, de cette métaphore, observons la vie d’un Être. L’augmentation de rythme vibratoire fait en sorte que les malaises sont augmentés. En fait, ce ne sont pas les malaises qui sont augmentés, mais les sources des malaises qui sont stimulées. Les malaises sont des indicateurs qu’il y a des sources, et donc ces malaises vous amènent à œuvrer sur les sources pour vous libérer, pour transformer votre vie. Une augmentation de rythme vibratoire, cela signifie une augmentation de l’intensification de votre rythme à manifester la perfection. Et pour manifester la perfection, il y a une épuration, il y a nettoyage. Vous saisissez?

 

Alors, lorsque nous vous disons, dans une augmentation de rythme vibratoire, les Êtres se sentent plus oppressés, plus aux prises avec leurs malaises. Ils sont donc plus conscients de leurs malaises et peuvent avoir une action plus vive, plus vivace, plus continue sur leurs malaises, et sur leurs sources, bien sûr.

 

En d’autres termes, il est naturel qu’une augmentation de rythme fasse soulever des éléments qui sont des « corps étrangers » dans le système. S’il y a plus de malaises, il y a donc plus de vivacité à observer ce qui ne va pas, n’est-il pas?


Est-ce qu’on se suit?

 

Oui.

 

Alors donc, vous dites : comment peut-on retrouver l’équilibre? En vous orientant vers ce qui ne va pas pour comprendre les sources, et modifier les attitudes.

 

Voyez-vous, ce sont les attitudes et les comportements qui amènent les malaises physiques, émotionnels, et d’ordre mental. Mais ces attitudes et ces comportements, pourquoi sont-ils récurrents?

 

Parce qu’ils sont associés à des automatismes. Ces automatismes sont créés par des conditionnements et des expériences passées. Alors, pourquoi est-ce si difficile pour un Être de changer un comportement? Parce qu’il n’a pas compris pourquoi il est amené à réagir, à agir de cette sorte. Et lorsqu’il comprend, il va modifier son attitude et son comportement.

 

Vous voyez? Si un Être a une phobie de la nourriture, ne veut pas se nourrir pour ne pas augmenter son volume physique. Vous saisissez? [la salle éclate de rire] Vous dites, cet Être ne se nourrit pas suffisamment. Le comportement, l’attitude, est au niveau de la nourriture. Il ne se nourrit pas, son corps se détériore. Il va perdre du volume, jusqu’à affecter éventuellement les systèmes vitaux. C’est l’attitude, c’est le comportement qui ne convient pas. Mais pourquoi ce comportement? Quelle est l’interprétation de l’Être de la vie, de son existence? Modifier son comportement, forcer l’Être à se nourrir ne change pas la source de la difficulté. Peut-être l’Être va-t-il éventuellement se nourrir davantage, mais il va simplement canaliser son interprétation dans une autre direction. Éventuellement, un autre déséquilibre va poindre. Il faille aller vers lasource. Cela, vous le savez. Cela est naturel chez l’Être, vous connaissez tout cela. Et pourtant, les Êtres s’acharnent à camoufler le comportement.

 

La paix avec soi-même est certes ce rapport de justesse avec soi. Nous vous disons : cessez de culpabiliser, cessez de vous juger, vous ne pourrez pas cesser de juger les autres, réellement, si vous ne cessez pas de vous juger vous-même. Cessez de vous juger. Mais ne cessez pas tout! Cessez de vous juger! Amorcez votre compréhension de vous-même amoureuse.


On vous écoute.

 

Je crois que vous avez répondu à ma question. J’ai un problème de santé chronique et j’ai beau chercher la source et je me culpabilise et je me juge, je fais de l’anxiété, etc. Alors, je pense que la réponse dont vous venez de parler, c’est la compassion et rester patient. Mais comment rester en paix avec le temps quand on devient usé d’attendre les réponses…

 

Certes. Chère dame, il vous faille aussi comprendre qu’une difficulté physiologique chez un Être est associé à une interprétation de sa part, mais aussi, elle peut être associée à un mouvement qui est global, c'est-à-dire humanitaire, vous dites « karma collectif ». Vous saisissez? Il y a des Êtres sur cette Terre qui portent aussi une portion d’une incompréhension, d’une interprétation collective. Nous avons dit souventes fois, par exemple, les Êtres qui portent ce déséquilibre du sida sont des Êtres qui en partie portent une incompréhension collective. Les Êtres qui portent le déséquilibre du cancer portent une partie d’un déséquilibre collectif. Bien sûr, cela peut ouvrir une porte à la victimisation à nouveau; toutefois, nous vous dirons, les Êtres sont intimement interreliés. Et donc, cette portion collective est aussi la portion de l’Être en tant qu’individu. Les Êtres sont unis.

 

Donc, certes, il est important que l’Être ne culpabilise pas, ne se juge pas, entre dans un mouvement de pacification avec lui-même, pour influencer aussi le mouvement de paix et d’Amour au niveau collectif, car il peut être aussi influencé et porteur du déséquilibre collectif. Cela ne signifie pasde se restreindre et de se situer comme victime du collectif, mais de comprendre que l’Être est aussi un acteur du collectif. Il y a donc une double raison d’entrer en paix avec soi et avec son environnement.

 

Nous voulons vous souligner, chère dame, que l’Être a certes à suivre un chemin de compréhension et que dans ce chemin de compréhension, il trouvera par moments des éléments qui sont plus vastes que simplement son identité. Il ne s’agit pas de propulser la faute vers l’extérieur, mais de comprendre que tout est uni.

 

Déculpabilisation de soi-même et de l’extérieur. Cela ne signifie pas que les Êtres doivent supporter, encourager des mouvements ignorants extérieurs par compassion. Les Êtres ont à comprendre les mouvements ignorants et s’exprimer de telle sorte qu’ils puissent offrir des alternatives à ces mouvements ignorants.

 

On vous écoute.

 

Vous avez donné un enseignement magnifique sur l’unification et je vous en remercie. J’ai pu comprendre que nous sommes tous des « gouttes » différentes et que chaque goutte est un dieu. Vous avez ajouté que nous étions tous des gouttes différentes. Or, ma question est : cette théorie de l’unification est-elle possible parce que nous sommes des gouttes différentes mais que Dieu est de même essence à l’intérieur de chaque goutte?

 

Certes. Si nous continuons dans cette métaphore de la goutte créée par l’océan, vous constaterez que le contenu cellulaire de la goutte est le même, est similaire, est celui de l’océan. Toutefois, la forme de la goutte peut être nuancée. Et cette nuance est créée par le mouvement lui-même, c'est-à-dire un mouvement de confrontation, de rencontres vibratoires. La goutte est propagée dans l’air, rencontre des forces ambiantes qui lui donnent une forme. Alors, chez l’être humain, voilà que l’Être est propulsé de la même source, mais à travers des rencontres vibratoires qui lui donnent une forme, des expériences de vie qui sont différentes, que l’Être pourra par la suite interpréter de façons différentes. Vous savez, vous êtes propulsée dans un cadre donné où vous pouvez vivre dans un environnement de violence physique, alors qu’un autre Être est dans un environnement qui crée une dépendance ultime, où un Être est dans une surabondance qui fait de lui un impuissant. Donc, deux environnements complètement différents.

 

Alors, déjà, lorsque la goutte est créée, elle est formée de façon différente, de par le mouvement lui-même, et cette forme l’entraîne aussi dans des expériences qui vont modifier sa forme, modifier son interprétation, ses charges. Son essence demeure la même, c'est-à-dire le Je suis véritable, l’expression de l’Univers, l’expression christique de l’Être, la pulsion d’unification, la pulsion d’expression de l’Amour demeure la même dans chaque Être. La pulsion de création demeure la même, le cadre, la forme, le corps, mais aussi la capacité d’interprétation selon les expériences déjà de l’Âme, sont nuancés. Est-ce qu’on se suit?

 

Oui, merci.

 

Et c’est pourquoi nous vous disons : vous êtes tous l’Univers, vous êtes tous semblables et pourtant vous observez des corps différents, des élans d’incarnation différents. Alors, chacun de vous a une essence d’incarnation nuancée : certains d’entre vous ont réellement une pulsion de transmettre, d’enseigner, alors que d’autres ont une pulsion de rééquilibrer les corps en traitant les corps, en manipulant les corps. Voilà des expressions nuancées de l’Être. Ce qui est ultimement similaire, l’essence universelle, le Je suis véritble, lui, s’exprime dans ce mouvement qui se dirige vers l’union. Que ce soit en enseignant, en traitant les corps, en aidant au niveau de la matière à ce que l’Être soit plus libre de ses gestes, des ses mouvements pour mieux se consacrer à autre chose, chaque Être a un élan d’incarnation qui favorise l’élan d’union universel.

 

On vous écoute.

 

Pour utiliser votre métaphore de la goutte et de la mer, si je comprends, tant qu’on est des individus, incarnés, on demeure une goutte, mais on demeure avec cet élan de vouloir se réunifier. Mais est-ce qu’on n’est pas limité, quand on est une goutte, à retrouver la subtilité de la source qui est la mer? Autrement dit, est-ce qu’on retrouve cette subtilité-là seulement une fois qu’on ne sera plus incarné?

 

Le corps est limité. Certes, vous avez raison, chère dame. Le corps est limité. Mais l’essence de l’Être ne l’est pas. À votre questionnement, nous vous dirons : l’Être qui habite ce corps n’est pas limité. Si nous désirons faire un pas de plus, nous vous dirons qu’il n’y a aucune contrainte universelle à ce que votre Être soit uni à tout ce qui existe dans tous les plans, c'est-à-dire que votre Être touche tous les plans de conscience simultanément. Mais votre corps, lui, est limité par sa forme.

 

En d’autres termes — qui ne sont pas tout à fait justes, mais qui aideront la compréhension — l’esprit peut, lui, avoir accès à toute l’existence, non pas simplement par la pensée, mais par une projection. Le corps est un véhicule qui fonctionne relativement bien sur cette Terre; l’essence de l’Être fonctionne sur tous les plans de conscience.

 

Alors, il y a dans l’évolution de l’Être, une capacité de l’Être de se manifester où que ce soit dans l’Univers. Alors, la limite est au niveau du corps.

 

On vous écoute.

 

Alors, je vous remercie déjà pour tous les enseignements que vous nous avez offerts. Je réalise que je crée peut-être un malaise en posant cette question, mais cela m’importe. Pourquoi le taux de suicide au Québec est-il si élevé? Pouvez-vous éclairer cette situation-là? Et que pouvons-nous faire?

 

Certes. Voilà qui n’est pas un malaise, chère dame, mais plutôt un questionnement qui entraîne une lumière fort importante. Les Êtres se suicident pour plusieurs raisons dans cette société et dans leur corps, que nous n’élaborerons point. Toutefois, toutes ces raisons sont certes associées à une impuissance, une incapacité, une interprétation que ce plan, cette Terre, n’offre pas les moyens à cet outil d’entrer dans un état de bonheur. C’est une interprétation du bonheur qui est certes limitée, qui fait en sorte que l’Être ne conçoit pas qu’il puisse entrer dans cet état réel. Ainsi, l’Être va choisir de quitter ce plan.

 

Or, les Êtres qui quittent ce plan peuvent être aidés par une conscience globale de l’humanité. En d’autres termes, plus il y a d’Êtres conscients du mouvement réel, c'est-à-dire du sens de la vie, et moins il y aura de suicides. Le suicide est une réaction de l’Être, sensation qu’il ne pourra pas atteindre un état de confort et de bonheur sur ce plan. Plus il y a d’Êtres conscients du sens de la vie, plus ils peuvent émaner, influencer, stimuler les Êtres à des visions différentes.

 

Alors, votre question est fort importante, appropriée, car le suicide est une constatation d’une difficulté à atteindre la paix, de l’Être avec lui-même, de l’Être avec son environnement. Et plus il y a d’Êtres qui œuvrent au niveau de la paix quotidiennement, et plus il y aura de stimulation de par vos émanations.

 


 

Nous allons vous suggérer de fermer vos yeux.

 

S’il vous sied, situez-vous à nouveau dans cet espace intérieur où les préoccupations peuvent se dissoudre. Inspirez et expirez profondément, et projetez-vous à l’intérieur de vous-même dans un espace libre. Comme si plus rien n’avait d’importance que votre Être, que votre essence universelle. Comme si vous étiez prêt à vous envoler dans l’Univers.

 

[silence]

 

Intérieurement, demandez que la vibration de la couleur d’or, du doré, soit présente à l’intérieur de vous-même, autour de vous-même. Voguez, volez dans ce nuage, dans cette atmosphère dorée.

 

Imaginez que tous les Êtres avec lesquels vous êtes en relation, ou vous avez été en relation sont en paix avec vous. Imaginez que vous ayez pu pacifier chacune des relations, sans qu’aucun coupable ou responsable ne fut identifié. Simplement, dans une permission à l’Être d’être. Dans une compréhension que chaque Être est à la recherche du bonheur.

 

[silence]

 

Voyez intérieurement chaque membre de votre famille biologique.

 

[silence]

 

Témoignez-leur Amour parce qu’ils sont, non pas parce qu’ils vous ont donné, offert quelque chose, mais parce qu’ils sont des Êtres qui recherchent le bonheur.

 

[silence]

 

Que ces Êtres soient dans cette atmosphère dorée. Exprimez votre goût profond d’être en paix avec ces Êtres.

 

[silence]

 

Élargissez maintenant ce cercle doré en y incluant les amitiés, les familles que vous avez côtoyées. D’un bref regard, toutefois profond, incluez dans votre cercle doré, dans votre sensation de paix, dans votre goût de pacification, tous ces Êtres.

 

[silence]

 

Élargissez votre cercle doré à toute cette contrée. Que tous les Êtres y soient présents, ceux qui sont les plus merveilleux, mais aussi les plus violents.


Élargissez ce cercle à votre continent.

 

[silence]

 

Élargissez ce cercle à cette Terre.

 

[silence]

 

Dans cette ambiance de couleur d’or, vous pouvez maintenant choisir librement de vous engager avec vous-même à ce que chaque jour porte pour vous sa conscience de paix. Choisissez maintenant ce que concrètement vous ferez pour le moins chaque jour pour votre paix.

 

[silence]

 

Choisissez comment vous allez exprimer la paix à l’intérieur de vous quotidiennement. Comment, par quel geste, quel regard, quelle parole…

 

[silence]

 

S’il vous sied, maintenant, librement, vous pouvez identifier un moment de la journée, quelle que soit sa durée, où vous allez vous rappeler votre engagement.

 

[silence]

 

Inspirez profondément et expirez. Portez votre attention au niveau du cœur. Inspirez la lumière dorée et expirez, à partir du cœur.

 

[silence]

 

Rappelez-vous cette expiration de lumière dorée du cœur lorsqu’un geste de déviance, de violence se présente devant vous. Sans être naïf, incrédule, victime, passif, que votre action soit porteuse de compassion et de compréhension. Non pas d’acceptation béate, mais de compréhension, pour que votre action soit orientée dans la justesse, dans la lumière.

 

Inspirez profondément, et à l’expiration, ouvrez les yeux. Rappelez-vous qu’il n’y a pas un Être présent parmi vous qui recherche autre chose que son bonheur. Il n’y pas un Être sur cette Terre qui recherche autre chose que son bonheur. Les voies sont multiples, quelquefois injustes pour les autres. Vous n’avez pas à les supporter. Vous n’avez pas par compassion à les accepter, mais à les influencer par vos émanations d’Amour.

 

Soyez des Êtres communicateurs, communiants, expressifs de la paix, de l’Amour, chaque jour. Que chaque jour, vous puissiez exprimer la paix avant même de vous plaindre de quelque non-manifestation de paix.

 

Rappelez-vous, lorsque vous sentirez une parcelle de la victime en vous vouloir émerger, ce que vous pourriez aussi émaner en tant qu’Amour.

 

Que votre année soit une année de rencontres d’Amour et de Paix avec les Êtres de votre famille d’Âmes, avec les Êtres de votre famille, avec vous-même.

 

 

Les Énergies du Maître Saint-Germain
Le 31 décembre 2000

lineaHorizontal-560

Vous pouvez partager librement ce message à la condition d'en conserver l'intégralité, sans rien modifier ni enlever, y compris sa provenance (www.rayonviolet.com) et ces quelques lignes. Merci

 

© 2009 Pierre Lessard, 2033 Montée du Cheval Ailé, Sainte-Lucie des Laurentides
Québec, Canada, J8C 3A1
- Tél. Amérique : 1-514-990-8507 Tél. Europe : 33 (0)5 34 36 68 32